Créée début 2011, la mise à jour Panda a été mise en place par Google pour lutter contre les sites proposant du contenu de faible qualité, à faible valeur ajoutée. La dernière mise à jour, Google Panda 4.2 a été lancée le 18 juillet, incluant des critères nouveaux pour un ciblage plus précis.

Rappel des objectifs de Panda :

Le filtre opère sur les sites présentant les caractéristiques suivantes :

  • Les sites aux contenus pauvres, tant en nombre de mots qu’en terme de complexité lexicale. Ces sites sont rarement mis à jour et sur-optimisés.
  • Les sites de faible qualité, produisant un très grand nombre d’articles aux thématiques populaires génératrices de trafic et ciblant des recettes publicitaires.
  • Les sites scrappers ou pilleurs de contenus qui pratiquent une réécriture automatique de textes glanés sur le web afin d’opérer un positionnement sur un maximum de mots-clé.
  • Les sites intermédiaires entre Google et l’internaute, pour certains concurrents de Google, et qui n’apportent aucune pertinence par rapport au contenu original .

Les sites concernés sont la plupart du temps les comparateurs de prix, les annuaires sans ligne éditoriale, les sites d’avis, les sites de questions/réponses, et plus globalement les sites utilisants la technique du spinning (génération automatique de contenu). Sans être totalement désindexés du moteur de recherche, les sites pénalisés se retrouvent avec une perte de visibilité sur Google pouvant aller jusqu’à 80%.

Les mises à jour de Panda se sont succédé depuis la version 1.0 de février 2011 et, depuis mars 2013, Google a officiellement intégré Panda à son algorithme général.

Le lancement de Google-Panda 4.2 et ses effets escomptés

Google a annoncé officiellement le lancement de la mise à jour de Google Panda (4.2) mais le déploiement s’effectue très lentement. Les résultats concrets ne seront visibles que dans plusieurs mois par les webmasters. Les sites gagnants peuvent être ceux qui, pénalisés lors de la dernière mise à jour en septembre 2014, ont effectué les changements nécessaires, notamment en terme de qualité et de contenu dupliqué. Les autres n’en mesureront l’impact que lorsque des changements dans leurs classements organiques s’opéreront.

En tout état de cause, les sites qui n’étaient pas en ligne au moment de la dernière mise à jour pourront risquer une pénalisation si leur contenu n’est pas à la hauteur des exigences de l’algorithme Google Panda 4.2. Google a d’ailleurs indiqué que cette mise à jour devrait impacter environ 2 à 3% des requêtes anglophones.

Certains experts estiment que Google a ajouté des critères nouveaux dans l’algorithme, ce qui justifierait le côté tardif de la mise en route et la lenteur annoncée du déploiement.

Il sera délicat de faire des analyses spécifiques suite à cette mise à jour, surtout si les répercussions ont lieu sur certaines pages et non sur le site complet. Ajouté à cela le déploiement récent de la mise à jour Phantom de Google, le travail des SEO s’annonce devenir un vrai casse-tête pour mener des observations exactes, peut-être est-ce une volonté de la part de Google ?