2691

250 Trucs et astuces pour la création de vos sites Internet ou blogs (2/2)

26 août 2010vu 23550 fois11 commentaires

250-trucs-et-astuces-creation-site-internet-blogs-2

Nous poursuivons aujourd’hui notre article sur les 250 conseils pour réussir la création de vos sites internet ou blogs, vous pouvez retrouver la 1ère partie de l’article ici.

Éléments graphiques

101. Ne perdez pas trop de temps à essayer de rendre votre design parfait au pixel près. De toute façon, celui-ci changera légèrement sur chaque appareil, chaque système exploitation et chaque navigateur.

102. Si vous demandez à vos visiteurs de s’inscrire à un service sur votre site, ne surchargez pas vos pages, maintenez la quantité d’infos au strict minimum et gardez uniquement les informations primordiales.

103. Vos éléments graphiques ne doivent pas être trop lourds, utilisez la compression JPEG. Inutile d’avoir toutes vos images en qualité 100% sur votre site, pensez que cela peut fortement ralentir le temps de chargement de vos pages.

104. Si vous entreprenez de faire une version mobile de votre design, pensez le simple, clair, en une seule colonne.

105. mobiForge propose un excellent guide pour le développement Web sur mobile. (En anglais)

106. Attention à la largeur de votre design, n’oubliez pas que vos visiteurs peuvent avoir des résolutions d’écran différentes, des add-ons latéraux, etc…

Couleurs

107. La couleur peut provoquer un large éventail de sentiments chez les gens. Apprenez à utiliser les couleurs pour mieux communiquer avec votre public.

108. Apprenez quelles couleurs sont associées à quels sentiments, par exemple : rouge pour le chaud, bleu pour le froid, blanc pour la pureté, le jaune le bonheur, etc…

109. Le contraste des couleurs est important. Pour certaines personnes comme les daltoniens, la capacité à distinguer différentes teintes peut être diminuée et ils peuvent avoir du mal à lire le contenu.

110. L’idée des couleurs web-safe est devenue relativement superflue en raison de la façon dont ont évolué les écrans, mais s’assurer que votre site internet soit accessible pour les personnes ayant des difficultés pour distinguer les couleurs est la moindre des choses.

111. L’harmonie globale entre les différentes couleurs de votre design présente un élément très important.

Typographie

112. La typographie est un élément important de votre design. De plus en plus de polices sont utilisables sur le web, mais vous devez garder une chose en tête : la lisibilité est un point essentiel.

113. Construire votre font stack, c’est facile ! Vous pouvez par exemple indiquer votre police principale, puis son parent le plus proche, et enfin le type (ici, sans-serif).

font-family : "Trebuchet MS","Lucida Grande",Tahoma,Helvetica,Sans-Serif;

114. La taille de police est une autre variable que vous devez prendre en compte. Plus la taille est grande, plus le texte est lisible, plus il semble important pour le lecteur.

115. Mettez l’accent sur les éléments importants de votre texte, grâce aux différents styles : souligné, gras, italique…

Organisation des éléments du design

116. Les espaces vides sont une denrée précieuse. Ne surchargez pas votre design ! Laissez respirer votre contenu, cela apportera de la lisibilité à votre site.

117. Si votre site est clair et aéré, le lecteur n’aura aucun mal à parcourir vos pages des yeux rapidement afin de trouver l’information qu’il y cherche.

118. Faîtes attention à la typographie, vous ne pouvez pas savoir si vos utilisateurs finaux auront la ou les polices que votre site utilise. Néanmoins, si vous voulez utiliser des polices un peu « exotiques », sachez qu’il existe des solutions.

119. Disposer correctement vos informations peut être une tâche délicate. L’utilisation des conventions et des modes actuelles, comme par exemple le logo placé sur le côté supérieur gauche, peut apporter un confort supplémentaire à vos visiteurs.

120. Savoir comment présenter votre contenu et organiser votre design est une chose difficile. Sans tomber dans la copie, pourquoi ne pas s’inspirer de ce qui fonctionne déjà ? Grâce au site Pattern Tap vous allez pouvoir observer de nombreux exemples de réalisations, classés en catégories (Header, Footer, page de contact, page 404…), idéal pour trouver de l’inspiration et voir ce qu’il se fait de mieux dans les standards actuels.

121. Rappelez-vous que la plupart des gens regarderons votre contenu en commençant par le haut-gauche de leur écran. Par conséquent, assurez-vous d’y placer les informations les plus importantes de votre site.

Expérience utilisateur

122. Votre site doit refléter directement les besoins de l’utilisateur final. N’ajouter pas de fonctionnalités inutiles comme des widgets en tout genre (horloge, météo, etc…). Donnez à vos visiteurs uniquement ce dont ils ont besoin.

123. Régulièrement, examinez les statistiques de votre site pour voir comment les gens naviguent à l’intérieur.

124. Essayez de comprendre comment les internautes perçoivent votre site, le point de vue de vos visiteurs doit toujours être plus important que le vôtre.

125. Mettez votre site souvent à jour ! Beaucoup de gens jugent la qualité des sites en prenant en compte ce critère. Ne laissez pas votre site mourir à petit feu…

126. Si vous avez du temps, n’hésitez pas à vous lancer dans la lecture d’ouvrage sur la psychologie et la sociologie. Même s’ils ne sont pas tous strictement en rapport avec le web, le lien n’est souvent pas bien difficile à faire.

127. Ne concevez pas votre site pour vous-même, vos visiteurs sont ceux qui vont le faire vivre, alors prenez-les en considération.

128. Concevez votre site de manière à ce que le visiteur sortant garde un bon souvenir de sa visite. Si vous donnez satisfaction à vos lecteurs, ils reviendront !

129. La satisfaction d’un utilisateur est liée à la façon dont vous lui livrez l’information qu’il recherche. Si l’utilisateur a du mal à trouver son chemin, vous n’allez pas le mettre de bonne humeur…

130. L’interactivité est une bonne chose, bien que le contenu statique soit plus adapté à certains sites, elle donne à l’utilisateur une autre façon, plus amusante, d’explorer votre site ; qui se traduira forcement par un bon souvenir.

131. Attention cependant, l’interactivité n’est appréciée que lorsqu’elle est utile. Éliminez d’emblée les interactions inutiles.

132. Encore une fois, la structuration claire et logique de votre contenu est un des points les plus important de l’expérience utilisateur.

133. Si vous développez des applications pour téléphones mobiles. Il peut s’avérer utile de mettre en place une version hors ligne de votre apply. Pour que l’utilisateur puisse tout de même accéder à quelque chose sans accès internet.

Accessibilité

134. L’accessibilité est un aspect très important. Si certaines personnes ne peuvent pas accéder à votre site ou à son contenu, c’est autant de visiteurs (ou clients) perdus.

135. Vous pourrez croire que ces visiteurs ne représentent qu’une infime partie, détrompez-vous. Souvent les gens ne pensent qu’aux personnes handicapées, mais c’est loin d’être tout. Pensez aussi à tout ceux qui ont besoin de lunettes pour lire, par exemple.

136. Les déficiences peuvent se présenter sous beaucoup de formes différentes : elles peuvent être d’ordre physique, intellectuel, affectif, social, voire technologiques (par exemple les personnes sans connexions haut débit ou des personnes utilisant uniquement des appareils mobiles pour naviguer sur internet).

137. L’ampleur et la durée des handicaps diffèrent: une personne peut être paralysée (long terme) ou avoir un bras cassé (court terme).

138. Il y a beaucoup de spécifications et de lois relatives à l’accessibilité. Vous pouvez notamment lire les recommandations du W3C concernant l’accessibilité : Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) 2.0

139. Fournissez toujours un contenu alternatif pour les images ou autres médias.

140. Vous pouvez observer comment votre site sera interprété par les lecteurs d’écran grâce à des outils libres qui émulent leur fonctionnement : le plugin Firefox Fangs Screen Reader Emulator, par exemple.

141. Ne vous fiez pas trop aux outils tels que Cynthia, ces validateurs d’accessibilité ne sont pas des solutions idéales pour vérifier l’accessibilité de votre site. Pour la simple raison qu’il examine votre site avec un œil de « machine », ignorant la structure sémantique, l’organisation du contenu, et des éléments visuels, etc…

Utilisabilité

142. Le site Usability.gov propose une sélection de recommandations au format PDF qui pourront vous aider à améliorer votre site.

143. Il existe de très bons livres traitants de ce sujet, si l’anglais ne vous effraie pas vous pouvez jeter un œil du côté de Steve Krug et Jakob Nielsen (avec l’excellent Designing Web Usability), qui sont deux spécialistes hautement respectés dans le domaine de l’ergonomie et de l’utilisabilité. Vous pouvez également consulter cet article qui résume les 30 concepts-clés de l’utilisabilité (en français).

144. L’utilisabilité consiste à construire un site aussi fluide et fonctionnel que possible. Faites de votre mieux pour aider les utilisateurs à trouver ce qu’ils cherchent ou à accomplir ce qu’ils avaient prévu de faire.

145. Avant de lancer votre site internet, prenez le temps de réunir un petit groupe de personne pour le tester, c’est un excellent moyen pour lister d’éventuels bugs. Profitez-en aussi pour leur demander leur avis, leurs impressions, etc…

146. La réalisation d’une étude d’utilisabilité peut être très simple. Sollicitez un groupe de personnes (des amis à vous, par exemple) pour effectuer une tâche spécifique sur votre site et demandez leur s’ils ont eu des difficultés, si oui, lesquelles, et quels sont les points qui mériteraient d’être améliorés selon eux.

147. Votre design doit inspirer la simplicité d’utilisation, sans pour autant paraître vide et non recherché, à vous de trouver le bon équilibre.

148. L’amélioration progressive doit être votre objectif. Autrement dit : Vous devez d’abord vous assurer que votre site fonctionne correctement à un niveau « de base », et ajouter ensuite des fonctionnalités pour les « périphériques » qui le permettre. Par exemple : Lorsque vous utilisez du CSS3 dans votre site internet ou blog, assurez-vous que votre site fonctionne toujours bien sur les navigateurs qui ne supportent pas encore cette technologie.

149. Encourager les gens à s’impliquer pour vous aider à améliorer votre site web. Demandez leur des feedbacks, qui pourront à coup sûr vous donner des idées pour l’évolution de votre site internet ou blog.

150. Ce n’est probablement pas possible d’avoir le site internet parfait, mais si vous visez toujours la perfection, vous vous en rapprocherez forcement plus.

Développement

151. Les standards du Web sont importants. Vous devriez être capable de fournir le code sémantique exacte qui décri votre contenu avec précision.

152. La sémantique ne doit pas se limiter uniquement à « utiliser le bon élément au bon endroit ». Par exemple, en donnant à vos classes et ID des noms efficaces (comme les microformats, par exemple) peut améliorer la valeur contextuelle du site.

Les oiseaux se sont perchés à
   <span class="geo">
     <span class="latitude">52.48</span>
     <span class="longitude">-1.89</span>
   </span>

153. Des spécifications existent pour chaque langage web que vous rencontrerez (même les plus obscurs…). Si elles peuvent parfois être très techniques, soyez patient, il vaut souvent la peine de les lire.

154. Validez la syntaxe de votre site internet en utilisant les outils de validation du W3C. Utilisez-les pour vous aider à trouver et à corriger des bugs dans le code.

155. Dans l’ordre, je recommande l’apprentissage des technologies suivantes : HTML, CSS et JavaScript. Vous comprendrez ainsi facilement comment ces 3 langages sont étroitement liés.

Débogage et test

156. Lorsque vous débuggez votre code, la solution simple est de retirer (en les commentant) temporairement des portions de code suspectes et de voir si le problème se résout. C’est une façon relativement rapide de trouver qui est le coupable, pour ensuite corriger le problème.

157. Des outils comme Firebug peuvent être particulièrement utiles pour regarder « en live » la façon dont votre site est interprété par le navigateur Mozilla Firefox.

158. Il existe des services qui vous permettent de visualiser le rendu de votre design sur différents navigateurs et différents systèmes d’exploitation. L’un des plus connu est BrowserShots, loin d’être parfait, il a néanmoins l’avantage d’être gratuit.

159. Si vous souhaitez tester votre site sur notre bien-aimé Internet Explorer 6, vous pouvez utiliser IETester (sous Windows).

160. Internet Explorer 6 est peut être le fléau de notre vie (surement…), mais je vous recommande vivement de tester votre site sur chacun des navigateurs qui représente plus de 1% de votre volume totale de visite (même si IE6 en fait partie…!).

161. Pour faciliter la phase de debugging, je vous conseille d’utiliser des dossiers distincts pour vos fichiers sources (HTML, PHP), vos style (CSS), et vos scripts (JavaScript).

Navigateurs et User-Agents

162. Votre site doit au moins être compatible avec ces cinq navigateurs : Internet Explorer, Firefox, Chrome, Safari et Opera.

163. Les hacks CSS ne sont pas toujours une bonne idée, parce qu’on ne peut pas réellement savoir s’ils seront encore supportés dans le futur. Si vous rencontrez des problèmes avec IE particulièrement, sachez que les commentaires conditionnels sont une bonne solution pour gagner du temps.

164. Chaque appareil mobile peut afficher votre site différemment. Une rapide vérification s’impose sur les plates-formes les plus répandues, comme l’iPhone, par exemple.

165. Le langage Jscript a son propre ensemble de commentaires conditionnels appelé compilation conditionnelle, ce qui signifie que vous pouvez facilement cibler un script JavaScript avec un code spécifique à IE, de la même façon que vous le faites avec vos feuilles de styles CSS destinée à Internet Explorer.

166. C’est surprenant mais Google Chrome ne prend pas en charge nativement les flux RSS et Atom, donc, comme beaucoup de choses (le Flash, par exemple), cela doit être vu comme un élément complémentaire. Je vous conseille d’utiliser FeedBurner si vous souhaitez délivrer des flux RSS, et d’activer la fonction BrowserFriendly qui permettra à vos visiteurs de visualiser votre flux et de s’y inscrire, dans une jolie page HTML (bien plus conviviale qu’un fichier XML)

167. Sachez que les appareils mobiles ne disposent pas tous des mêmes capacités à lire les différents médias (Flash, vidéo, images…).

168. Le WML est un langage mort. Ne l’utilisez pas si vous concevez un site internet mobile-friendly.

169. Outre les unités de mesures fixes CSS (px, cm, mm, etc…), vous pouvez utiliser les mesures élastiques (em), liquides (%), fluides (min/max-width) ou même un mixe de tout cela pour que la taille de votre design s’adapte parfaitement sur le navigateur ou l’appareil du visiteur.

Comportement

170. Les frameworks JavaScript comme jQuery et MooTools ont été développés pour vous faire gagner du temps lorsque vous développez en JS, ils sont également utiles si vous voulez manipuler aisément le DOM, utiliser l’AJAX, ou créer facilement des petites animations… Veillez cependant à ne pas abuser de leur utilisation, vous ne devez surtout pas gêner la navigation du visiteur.

171. Les scripts intrusifs comme les scripts empêchant le clic droit ou forçant l’affichage des pop-ups sont préjudiciables à l’utilisateur. Même si vous pensez que ces scripts peuvent améliorent votre site, bien souvent ils ne pourront que faire fuir vos visiteurs.

172. N’utilisez pas de frames HTML ou autres éléments comme <marquee> ou <blink>. Il est devenu une règle tacite de ne pas utiliser ces balises qui ne font que dégrader l’expérience utilisateur.

173. Répliquer les fonctionnalités existantes du navigateur est parfois inutile. Inutile d’ajouter un bouton pour imprimer, changer la taille des polices, mettre la page en favoris (etc…) sur chacune de vos pages…

174. La protection de votre code est impossible. N’utilisez pas de script pour protéger le protéger, si vous voulez vous assurer que les gens ne puissent pas regarder le code que vous avez créé, alors ne le mettez pas sur internet ! :)

Markup

175. N’oubliez pas d’inclure la déclaration du DOCTYPE en début de vos fichiers (x)HTML. Vous seriez surpris de connaître le nombre de bugs qui peuvent apparaitre en raison de l’omission du DOCTYPE.

176. Je me répète probablement mais il est important de définir vos balises ALT pour vos images <img>.

177. N’incluez pas d’éléments block au sein des éléments inline. Les éléments <div> ne sont pas destinés à être utilisé de façon générique dans les paragraphes ou des listes. Vous risquez de briser la sémantique, si vous ne faites pas les choses proprement.

178. Les éléments obsolètes (deprecated) ne doivent pas être utilisés, sauf si vous avez une très bonne raison de le faire. En général, les élément deprecated ont des remplaçants, utilisez-les à la place.

179. L’HTML5 peut être un complément utile aux langages que nous pouvons utiliser actuellement sur le web, mais gardez toujours à l’esprit que la compatibilité avec les navigateurs restent le plus important.

Si vous voulez en savoir plus sur les « best pratices » de l’HTML, je vous conseille de lire l’article des 20 Pratiques HTML de base, rédigé par Johan.

Styles

180. Le CSS3 offre plusieurs fonctionnalités utiles. Prenez le temps d’apprendre comment les choses évoluent, vous serez prêt pour la prochaine génération.

181. L’optimisation de vos CSS peut être atteinte en faisant bon usage de l’héritage, des sélecteurs, en évitant les déclarations répétées, et en groupant intelligemment vos styles.

182. N’oubliez pas de créer vos feuilles de style destinées à l’impression. Avoir un CSS prévu pour l’impression aidera à limiter le gaspillage d’encre et de papier et donnera de la valeur à votre contenu, même une fois imprimé.

Diverses technologies du web

183. Si vous avez besoin d’afficher des documents volumineux, un gros document Word par exemple, pensez à utiliser un fichier PDF ou XPS à la place, ces formats sont adaptés pour le web.

184. Même si les technologies telles que les Canvas et les éléments SVG ou VML ont beaucoup de potentiel en matière de dessin vectoriel sur le web, sachez qu’elles provoquent de nombreux problèmes de compatibilité selon le navigateur.

185. Si vous devez faire des animations avancées, le Flash reste pour le moment la meilleure solution, comparée au HTML5 qui n’a pas encore un fort taux de pénétration.

186. La clé de la mise en place de contenus Flash est de toujours créer un contenu alternatif au cas où votre visiteur ne disposerait pas de lecteur Flash.

187. Flash est une excellente plate-forme si vous voulez fournir du contenu dynamique (vidéo et audio), mais, pour reprendre le point 186, ne créez pas de site full-Flash sans créer un contenu HTML de « secours ».

188. Silverlight et Java sont deux bonnes alternatives à Flash, mais prenez en compte que ces technologies ont un moins bon taux de pénétration.

JavaScript

189. Le JavaScript peut être pratique pour la validation des formulaires, il aide à améliorer l’expérience utilisateur. Pour autant, n’oubliez pas d’utiliser des scripts côté serveur en supplément au cas où le navigateur du visiteur ne prenne pas en charge JavaScript, ou s’il est désactivé.

190. Le JS c’est génial mais vous ne devez l’utiliser que lorsque que cela en vaut la peine, lorsque cela apporte vraiment un plus pour votre site internet. Ne surchargez pas vos pages de scripts en tout genre, ils pourraient ralentir ces dernières.

Divers

191. Il existe quelques bookmarklets qui pourront vous aider dans le développement de votre site sur les différents navigateurs. Par exemple : Firebug Lite, Aardvark, Quix

192. Une des meilleures façons d’améliorer la vitesse de chargement d’un site est d’exploiter la mise en cache. Séparez bien la structure de votre site en fichiers spécifiques, les styles (CSS), le comportement (JS), et enfin le contenu (HTML).

193. Ne créer pas votre design en utilisant des tableaux (<table>), leur utilisation est à proscrire, utilisez-les uniquement pour mettre en forme vos e-mail HTML. Les tableaux sont pauvres de sémantique et affectent l’accessibilité pour les screen-reader.

194. Choisir le bon langage côté serveur est une chose importante. Vous avez l’embarras du choix : PHP, ASP, ASP.NET, JSP, Ruby, Perl, ColdFusion et Python. Faîtes des recherches avant de vous lancer tête baissée dans le développement.

195. Votre environnement serveur pourra généralement vous dicter quels langages vous pourrez utiliser pour coder. Selon la configuration, vous pouvez constater que certains langages (comme ColdFusion, par exemple) bénéficient d’un support limité.

196. Si vous voulez utiliser des systèmes de gestion de contenu (comme WordPress), vous pourrez avoir besoin de connaître un langage spécifique. Prenez cela en compte lorsque vous faîtes le choix de votre langage côté-serveur.

197. Si vous souhaitez stocker temporairement des données concernant vos visiteurs, préférez le stockage dans des cookies plutôt que dans votre base de données côté serveur.

198. Les types de base de données sont assez variés, mais la plupart d’entre eux utilisent le format SQL.

199. Avez-vous déjà envisagé de développer une application web exécutable hors connexion ? Sachez qu’il existe des solutions, telles que Adobe Air, Titanium et Mozilla Prism, qui vous permettent de créer rapidement des solutions packagées.

Marketing

Une fois le développement de votre site internet achevé, vous voudrez surement vous assurer que les moteurs de recherche et les visiteurs le trouve… Et vous avez bien raison !

200. Réfléchissez bien si vous voulez faire de votre nom ou/et prénom votre marque ou le titre de votre site internet, cela peut comporter certains risques. Par exemple : Se faire coller une étiquette et être associé à un thème unique et précis, mettre en danger sa vie privée, de plus, votre nom n’est peut être pas « adapté » au marché visé. Vous n’avez qu’un seul nom, il ne faudrait pas que certains internautes / clients mécontents propagent une image négative de vous, vous pourrez difficilement faire machine arrière et faire table rase du passé.

Moteurs de recherche et classement

201. Donnez à votre site un nom original et créatif. Il doit être court, accrocheur et facile à retenir (et à prononcer, si possible dans les langues les plus parlées). Vos visiteurs doivent être en mesure de se rappeler de vous quand ils auront besoin de vos produits.

202. N’essayez pas de tromper les moteurs de recherche. Le keyword-stuffing et autres techniques obscures visant à améliorer frauduleusement votre classement, pourraient vous valoir un blâme de la part des moteurs de recherche.

203. Rédigez vos pages de façon naturelle, n’essayez pas de vous mettre à la place des robots de Google. Contentez vous d’écrire du contenu de haute qualité.

204. Pensez à nettoyer votre code, corriger les erreurs, et organiser votre contenu correctement (les bonnes balises, aux bons endroits). Si vous prenez la peine de le faire, vous vous assurez que les moteurs de recherche trouveront votre contenu, et cela améliorera également son indexation.

205. Rappelez-vous que le contenu brut aura une plus grande importance aux yeux des moteurs de recherche, comparé au contenu non-indexable comme le Flash ou les fichiers PDF par exemple.

206. Votre classement Alexa n’est pas important. Les classements d’Alexa ne sont pas objectifs et sont fournis grâce une petite élite qui a installé la toolbar. Ce n’est franchement pas la peine d’y accorder autant d’importance que certaines personnes lui donnent.

207. Les moteurs de recherche ignorent la balise <meta> keyword. Même si beaucoup de personnes continuent à penser le contraire.

208. Les spécifications du DCMI (Dublin Core Metadata Initiative) sont un excellent moyen de donner du sens à votre site et une certaine valeur ajoutée. Lorsque vous rédigerez vos métadonnées, je vous recommande de vérifier les spécifications DCMI ici.

209. Ajouter un fichier robots.txt peut vous être utile pour aider les moteurs de recherche à savoir ce qu’il ne faut pas indexer sur votre site. Les robots.txt sont très faciles à éditer et sont largement reconnus.

210. Même si le fichier robots.txt vous permettra d’interdire l’accès à certaines de vos pages par les robots. Rappelez-vous qu’il n’empêchera pas les gens de voler votre contenu…

211. OpenSearch est une spécification XML grâce à laquelle vous pourrez créer un moteur de recherche propre à votre site et permettre à vos visiteurs de l’ajouter à leurs moteurs de recherche « favoris » directement dans leur navigateur (compatible avec Firefox 2+, Google Chrome et Internet Explorer 7+). Pour plus d’information sur la marche à suivre, ça se passe chez nos confrères d’alsacréations.

Bonnes pratiques

212. Chaque site doit avoir un Sitemap XML, il permet de lister les pages que propose votre site web et d’indiquer à Google à quelle fréquence elles sont mises à jour.

213. Les balises <title> doivent être uniques sur chaque page de votre site.

Publicité

214. Faire de la publicité via Google AdWords peut vous apporter beaucoup de trafic qualifié, à condition de faire une étude sérieuse sur les mots clés que vous souhaitez cibler. Les prix au clic étant fixés par un système d’enchères, être affiché (et cliqué) en première place peut parfois coûter très cher, trop cher…

215. Si vous trouvez que Google AdWords ne vous apporte pas assez de trafic, vous pouvez toujours vous tourner vers la location d’espaces publicitaires sur des sites connexes, en rapport avec votre activité.

216. Le partenariat est une façon efficace et économique de gagner de nouveaux prospects.

217. Il existe de nombreuses techniques pour monétiser votre site. Comme par exemple : la publicité, le support payant, l’accès payant à des contenus exclusifs, l’affiliation ou encore les systèmes de donations

218. Monétiser son site internet n’est pas une tâche facile, méfiez-vous des offres trop alléchantes qui fleurissent sur le web en ce moment.

Branding, réputation, networking

219. Si vous avez l’intention de faire de l’argent grâce à votre projet, vous devez vous assurer d’avoir tous les documents nécessaire. Et n’oubliez pas, vous devez déclarer vos revenus, si si ! :)

220. Ne voyez pas votre projet comme un simple projet cantonné au web mais percevez le plutôt comme une vraie entreprise ! Faîtes des cartes de visite, dépliants, flyer, à donner lorsque vous prospectez ou simplement lors d’une soirée entre amis (le bouche à oreille est bien plus puissant que ce que l’on croit !).

221. L’extension que vous choisirez pour votre nom de domaine n’aura pas d’incidence sur le classement dans les moteurs de recherche.

222. La confiance est un élément clé pour chaque entreprise. Si vous inspirez la confiance, vous attirez les clients, si vos clients vous font confiance, ce seront des clients fidèles !

223. Lorsque vous créez un lien pointant vers votre propre site Web, faites-le seulement sur les sites où il est « bien vu » de le faire. Vous ne voulez pas que l’on vous considère comme un spammeur…

224. Fréquenter les forums, chat ou autre lieux d’échanges entre personnes de votre activité peut être un excellent moyen de se faire connaître mais également d’apprendre de nouvelles choses et d’étendre son domaine de compétences.

225. Être présent (j’entends par là : avoir un lien) sur des sites en rapport avec le votre est un bon moyen pour acquérir de nouveaux visiteurs, améliorer votre réputation en ligne et aussi perfectionner votre classement dans les moteurs de recherche (si le lien est en dofollow).

226. Si vous voulez vous faire connaître des professionnels de votre secteur, n’hésitez pas à vous rendre à des conférences pour parler avec eux en face-à-face et pourquoi pas échanger ensuite vos cartes de visites.

227. Ne sous-estimez pas le marketing papier, certes moins efficace et plus couteux que certaines autres méthodes, il n’est pour autant pas obsolète.

228. Si vous êtes « tout nouveau », préférez la publicité dans les journaux locaux, ou même dans les pages jaunes, plutôt que d’essayer d’être affiché chez les plus grands, cela ne vous ruinera pas et vous apportera quand même quelques clients.

229. Les réseaux sociaux présentent une des façons les plus simple pour vous construire une réputation en ligne, et bâtir une communauté autour de votre site / marque.

Vente

230. Si vous vendez des articles physiques, envisagez de les rendre disponible chez les marchands connus sur le web (comme Amazon, par exemple).

231. Vous voulez montrez vos compétences au monde ? Pensez à écrire un e-book !

232. Les DRM et les clés d’activation de produit sont des méthodes que je vous recommande d’éviter… Il y aura toujours des personnes pour confectionner un crack, et au final ce seront les clients légitimes qui finiront par en pâtir.

233. La vente en ligne est devenue assez simple grâce aux plateformes comme PayPal, Google Checkout et Amazon FPS. N’abandonnez pas cette idée à cause d’un apriori.

234. De temps en temps, proposer des choses gratuitement (services, e-book, ou autres) peut engendrer beaucoup d’intérêt pour votre site auprès de nombreux internautes et vous aider à fidéliser vous client plus facilement.

235. Si vous proposez un logiciel ou toute autre chose de téléchargeable, pensez à le soumettre aux portails de téléchargement tel que 01net, CNET, etc…

Les médias sociaux, réseaux sociaux et blogs

236. La mise en place d’un blog peut être un excellent moyen d’obtenir un peu de trafic supplémentaire. Si vous pensez pouvoir écrire régulièrement, vous pourriez très bien arriver à convertir les visiteurs de votre blog en clients.

237. Si vous estimez ne pas avoir assez de temps pour tenir un blog en plus de votre site internet, Twitter est une bonne méthode pour (micro)blogger sans perte de temps et en toute simplicité.

238. Si vous êtes à l’aise devant la caméra et/ou derrière un micro, la création de podcast peut donner à votre site une valeur ajoutée.

239. Joignez-vous à des communautés, associations (etc…) qui font la promotion des meilleures pratiques dans votre secteur d’activité. Être associé à ce genre de groupes vous donnera souvent une touche de professionnalisme.

240. Facebook est utilisé par une enorme proportion de la population mondiale, par conséquent, il peut être très intéressant de vous créer une page, pour partager avec vos « fans » et créer une relation privilégiée.

241. StumbleUpon, même si principalement anglophone, représente une petite source de trafic pour votre site internet qui n’est pas négligeable.

242. Créer son profil professionnel (ou une copie de votre CV) sur des sites comme LinkedIn et Google profile donne un endroit supplémentaire aux gens pour vous trouver.

243. Quels que soit les réseaux sociaux que vous décidez d’utiliser, n’abusez pas de l’auto-promotion, utilisez les services conformément à leurs utilisations initiales et focalisez-vous sur la création et le partage de contenu de haute qualité.

244. Vous ne devez pas considérer les réseaux sociaux comme des simples services de promotion gratuite ! Essayez plutôt de les voir comme des endroits incontournables pour garder le contact avec vos clients / visiteurs / abonnés, recueillir leurs avis, leurs attentes, etc…

Divers

245. Ne vous précitipez pas, prenez le temps de reflechir avant de faire un choix, surtout si il concerne le marketing. Une mauvaise réputation est très facile à obtenir et parfois impossible à annihiler.

246. Avoir beaucoup de visiteurs ou un PageRank élevé ne signifie pas forcement que votre site fonctionne. Le seul gage de réussite est le nombre de visiteurs « passants » que vous avez réussi à fidéliser.

247. Essayez d’être unique. Ne recherchez pas votre inspiration uniquement sur internet et cherchez à vous démarquer de vos concurrents.

248. Avoir plusieurs projets en tâche de fond, que ce soit pour le plaisir ou pour développer votre entreprise, ne pourra que vous servir. Facilitant l’établissement de nouvelles connexions, etc…

249. Ne soyez pas trop critique. Si vous considérez ne pas ou mal répondre à vos attentes personnelles, vos clients le remarqueront et vous risquerez de perdre leur confiance.

250. Prenez du plaisir dans ce que vous faites, tout simplement… :)

Conclusion

Ouf, ça y est, c’est terminé ! Vous êtes arrivé à la fin de cette liste de 250 conseils : toutes mes félicitations !

J’espère que vous avez apprécié cette lecture et que ces conseils vous seront utiles, si c’est le cas, n’hésitez pas à les partager avec vos amis !

Merci à tous et à très bientôt.

Tags : astucesblogsconseilssite internet

Il y a 11 commentaires

 
Jean-Luc Raymond 27 août 2010 Répondre

250 trucs et astuces pour la création de vos sites Internet ou blogs http://j.mp/deX7xz

 

RT @jeanlucr: 250 trucs et astuces pour la création de vos sites Internet ou blogs http://j.mp/deX7xz

 

250 Trucs et astuces pour la création de vos sites Internet ou blogs http://j.mp/a2fYvo

 
Tony 3 septembre 2010 Répondre

C’est une longue liste, mais ça en vaut la peine. Merci pour partager tous ces conseils.

 
aspeak 14 juillet 2011 Répondre

Simplement merci,
je me lance dans la création de site et cette liste est très utiles.
J’ai déjà installer evernote sur mes appareils et en avant pour le html, css javascript on verra plus tard :P la j’ai des contraintes de temps.
Bref Merci

 
Lidia 24 juillet 2011 Répondre

Merci beaucoup. Vraiment claire, bien presenté, de grand aide. BRAVO !!

 
bsii 5 août 2011 Répondre

Bravo et merci .Je me lance dans la création de sites web et de nombreux conseils dans cette liste manquaient à ma formation.Bravo pour le site que je découvre

 

Really useful, thanks for posting it.

 

Excellent suggest as usually

 
bollywood dance moves 20 septembre 2012 Répondre

Hello superb properly crafted obvious report.

 

Une liste exhaustive, un beau travail. Bravo !

Laisser un commentaire

close comment popup

Rédiger une réponse